Nouveau gap

Une séance pour se faire peur, deux pour se rassurer ! Voici comment l’on peut résumer la semaine difficile et pour le moins volatile qui s’achève. Mardi, le spectre d’un défaut de paiement de la Grèce revenait en force puis les marchés anticipaient dans la foulée l’impossibilité totale d’un scénario ô combien catastrophe. De fait, une très forte majorité des créanciers accepte de laisser un bras si ce n’est les deux plutôt que de tout perdre. Tout n’est pas réglé mais au moins du temps, toujours lui, est encore gagné. La Grèce n’est pas laissé au bord de la route brutalement, on lui prodigue des soins et surtout de la morphine avec participation générale pour que personne ne souffre même si l’abandon est déjà programmé. Tout va bien donc nous dit en substance la dernière bougie blanche sans mèche qui vient toucher la barre des 3480 points. Un nouveau gap est formé : va-t-on l’oublier si vite ?

Aux Etats-Unis, on reste dans la modération mais le train de la hausse a repris sa marche en avant et le règlement de la situation grec a éclipsé une légère détérioration de l’emploi hebdomadaire. Ceci n’est en soi pas très grave car la moyenne de ces chiffres continue d’aller dans le bon sens. Il est plus important de se focaliser sur les données mensuelles officielles lesquelles seront publiées cet après-midi et une déception ne nous semble pas permise.

Le CAC devrait ouvrir en hausse s’il suit la tendance très optimiste des marchés asiatiques. La résistance des 3480 points est néanmoins là et pour qu’elle soit débordée et que les plus hauts récents sur 3535 points soient rejoints, il faudrait une grosse surprise du coté du chômage américain. A défaut, le dossier grec, bien ficelé ou pas, ferait pâle figure pour rassurer les opérateurs. La séance de mardi n’est, à nos yeux, pas anodine. Un peu de méfiance est souvent salutaire.

Laisser un commentaire